Qigong & Taiji > Qu’est-ce que le Taiji > Taiji: Geschichte - Histoire - Storia

Histoire du Taiji

 

De nombreux mythes et légendes circulent autour de la genèse du Taijiquan. Parmi les figures légendaires, on compte le moine Zhang San-Feng, qui aurait été le premier à avoir instauré le principe du «combat avec la force intérieure»

(Taijiquan), alors qu’il observait la lutte entre un serpent et une grue. Il est certain que le Taijiquan fût développé à partir de techniques de combat chinoises préexistantes. Les sources historiques mentionnent le XVIIème siècle et désignent Chen Wangting comme fondateur du style originel Chen.

Par la suite, cinq familles- ou «maisons» se sont créées: le style Chen, Yang, Sun ainsi que l’ancien et le nouveau style Wu.

Au début du siècle dernier, le Taijiquan s’est rapidement propagé dans tout l’Empire du Milieu. Avec le temps, les anciens styles ont commencé à changer. Des mouvements doux et fluides vinrent peu à peu se substituer aux aspects combatifs teintés de force. De nouvelles formes simplifiées virent le jour dans les années 1950, comme la 37ème forme de Cheng Man’Ching ou la 24ème forme, aussi appelée «forme de Pékin» (toutes les deux du style Yang). A côté des formes à mains nues axées sur l’harmonie, la douceur et la grâce, des formes utilisant des armes traditionnelles sont également pratiquées, comme par exemple les formes avec l’épée, le sabre, la lance, le bâton long ou court, ainsi que l’éventail. Le combat à deux (Sanshou) ainsi que le Pousser-Mains (Tuishou) ont aussi leurs adeptes.

Grâce aux développements récents de cet art privilégiant douceur et fluidité, la pratique est également adoptée par des personnes âgées ou affaiblies physiquement. Cette évolution attire de plus en plus l’attention du public sur ses aspects préventifs et bénéfiques dans le traitement de maladies.

Les deux dernières décennies virent la mise sur pied en Chine de nouvelles formes de Taijiquan standardisées ainsi qu’un système d’évaluation pour la compétition et le sport.